Bannière Faculté des sciences humaines Institut de recherches et d'études féministes

Archives - babillardUne science politique inclusive : Enseigner, apprendre et faire de la science politique

Appel à communications: «Une science politique inclusive : Enseigner, apprendre et faire de la science politique» - Échéance: 7 janvier 2018

Une science politique inclusive : Enseigner, apprendre et faire de la science politique
À l’automne 2017, les quatre associations d’étudiant.e.s en science politique aux cycles supérieurs des universités de Montréal se sont réunies afin d’organiser la première conférence inter-universitaire. Lors de nos discussions, nous avons été frappé.e.s par les divergences dans la manière dont nous concevons notre discipline et comment la science politique est définie différemment selon nos environnements universitaires respectifs. Nous voulons comprendre comment les universitaires apprennent, pratiquent et enseignent la science politique. Nous sommes avant tout intéressé.e.s par l’idée de rendre la science politique plus inclusive, en particulier vis-à-vis des personnes et des idées qui en ont été marginalisées historiquement.
Définir la science politique et ses sous-disciplines a toujours été une tâche controversée. En effet, elle s’imbrique dans de nombreuses disciplines des sciences sociales comme l’économie, le droit, la sociologie, l’anthropologie. D’autre part, les origines occidentales et masculines de la science politique s’avèrent avoir des effets persistants. Cette conférence a pour objectif de mettre en exergue et de questionner les efforts menés actuellement pour décoloniser la science politique et pour inclure une plus grande diversité de perspectives, comme les approches critiques et féministes. Il convient également de prendre en considération la nature et les effets de la division linguistique et culturelle entre les chercheurs.euses francophones et anglophones, particulièrement ressentis à Montréal. Enfin, cette présentation ne serait pas complète sans tenir compte des débats épistémologiques entre positivistes et interpretivistes en science politique d’une part, et des débats méthodologiques entre les traditions qualitatives et quantitatives d’autre part, mis sous lumière par le mouvement de la Perestroïka lancé aux Etats-Unis dans les années 2000.
Considérant ces objectifs, nous organisons un événement académique inter-universitaire en Mars 2018, qui combinera des panels de discussion, des tables-rondes et des ateliers plus informels. Cet évènement est organisé grâce à la collaboration des quatre universités montréalaises: l’Université Concordia; l’Université McGill; l’Université de Montréal (UdeM) et; l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). L’objectif est d’encourager les étudiant.e.s aux cycles supérieurs, les professeur.e.s et toute personne intéressée à partager leurs expériences, leurs perspectives, et leurs idées afin d’améliorer l’enseignement, l’apprentissage et la pratique de la science politique aux cycles supérieurs dans les différents contextes culturels et linguistiques. Malgré la centralité des quatre universités de Montréal dans la mise en oeuvre du projet, les propositions retenues ne leur seront pas exclusives.
Tout en encourageant les sujets originaux, nous proposons de potentielles pistes à explorer :
- Le genre et la science politique ;
- La décolonisation de la science politique ;
- La diversité méthodologique en science politique ;
- La diversité épistémologique en science politique ;
- La pédagogie et la transmission de savoirs en science politique ;
- La définition de la science politique dans différents contextes sociopolitiques ;
- La science politique et la division linguistique (notamment anglais-français) ;
- La science politique dans différents contextes universitaires et administratifs (structure des programmes et des cours, opportunités, etc.).
Les propositions devront être envoyées en un seul document pdf et inclure :
● Le nom complet de l’auteur.e, sont niveau d’étude, son institution d’affiliation et son courriel;
ET
● Pour un résumé:
o Le titre de la communication;
o Le sujet que la communication tente d’aborder (se référer au texte ci-dessus);
o Un résumé comprenant un maximum de 250 mots.
● Pour une proposition d’atelier ou de table ronde:
o Le titre de l’atelier/table ronde proposé;
o Le sujet que l’atelier/table tente d’adresser (se référer au texte ci-dessus);
o Un résumé de maximum 200 mots expliquant les objectifs et le format de l’atelier/table ronde;
o Les détails supplémentaires concernant le lieu et les restrictions à l’inscription, le public visé et les besoins matériels (audiovisuels).
Envoyer les propositions avant le 7 janvier 2018 à interuniver.conference@gmail.com
La conférence aura lieu les 15 et 16 mars 2018.
Un atelier de préparation pourra être organisé, à la mi-janvier, à l’Université Concordia. La participation des exposants à l’atelier se fera sur une base volontaire.

 

Pascale Navarro, membre associée de l'IREF, commente la polémique autour du spectacle «SLAV» dans sa chronique «Annulation du spectacle SLĀV. Admettre l’histoire, est-ce si difficile?»dans La Presse+, 5 juillet 2018

Rachel Chagnon, directrice de l’IREF et professeure au Département des sciences juridiques, était à l’émission «Plus on est de fous, plus on lit», pour définir la «complicité» sur la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, 18 juin 2018 (à 14h09)

Le Prix du meilleur mémoire 2016-2017 en études féministes de Thomas Lafontaine, diplômé en études littéraires avec concentration en études féministes, fait l'objet d'un article dans l'Actualités UQAM «Un humour émancipateur», 13 Juin 2018

Martine Delvaux, membre professeure en études littéraires, s’entretient avec Nathalie Collard au sujet du livre «Bad féministe, une voix qui dérange» de Roxane Gay, La Presse +, 13 mai 2018

Entrevue avec notre membre Lucie Lamarche, spécialiste du droit de la protection sociale et professeure au département de sciences juridiques, dans le Magazine 100°, «Au Québec, qui protège le droit de tous à l’alimentation ?», 11 mai 2018

Louise Cossette, directrice de programmes à l’IREF et professeure au Département de psychologie, est citée dans l’article «Intérêt croissant pour les études féministes, même chez les hommes», Le Devoir, 3 mai 2018

Archives

 
IREF25 web