Choisir les études féministesChoisir les études féministes

Certificat en études féministes

L'objectif principal du certificat (10 cours-30 crédits) est d’offrir une formation pluridisciplinaire qui permet l’acquisition de connaissances théoriques et appliquées sur les femmes, les féminismes et les rapports sociaux de sexe.

Voir le programme d'étude du certificat

Les étudiantes et étudiants qui souhaitent intégrer une concentration dans le cadre de leur programme de baccalauréat, de maîtrise ou de doctorat doivent communiquer avec l’assistante de programmes à l’IREF ( iref@uqam.ca ). Cette démarche est essentielle pour faire reconnaître la concentration et recevoir une attestation d’études émise par le Registariat.


Concentration de 1er cycle

La concentration en études féministes (6 cours-18 crédits) est accessible à toute personne inscrite à un programme de baccalauréat, pourvu que la structure de son programme le permette (cours à suivre hors du champ de spécialisation et cours libres).

Voir le programme d'étude du premier cycle


Concentration de 2e cycle

Réalisée dans le cadre des activités de la maîtrise, la concentration (2 cours-6 crédits + les crédits affectés à la réalisation du mémoire) favorise le développement d’une réflexion théorique et l’utilisation d’approches féministes dans le projet de recherche de l’étudiante, l’étudiant. La concentration donne accès à une formation multidisciplinaire en études féministes.

Les programmes de maîtrise qui intègrent la concentration sont les suivants :

  • Communication
  • Études littéraires
  • Histoire
  • Histoire de l'art
  • Sexologie
  • Sociologie
  • Science politique
  • Sciences des religions
  • Travail social
Voir le programme d'étude du deuxième cycle


Concentration de 3e cycle

Réalisée dans le cadre des activités du doctorat, la concentration (1 cours-3 crédits + les crédits affectés à la réalisation de la thèse) offre une spécialisation en études féministes à l'intérieur des programmes de doctorats spécifiques.

Les huit programmes de doctorat qui intègrent la concentration sont les suivants :

  • Études littéraires
  • Histoire
  • Histoire de l'art
  • Psychologie
  • Science politique
  • Sciences des religions
  • Sociologie
Voir le programme d'étude du troisième cycle

Lancement du rapport de recherche «Intervention novatrice auprès des femmes en état d’itinérance : l’approche relationnelle de La rue des femmes»

50 personnes ont assisté le 28 novembre 2017 au lancement du rapport de cette recherche qui «vient  valider le travail des intervenantes», comme l’a souligné la directrice de La Rue des femmes, Léonie Couture. Dans cette publication, le regard se porte sur une approche à première vue intuitive que l’équipe de recherche a systématisée, créant un véritable lien entre théorie et pratique.

On trouvera l’abrégé et le rapport complet au bas de la fiche

lancementRapportRuedesfemmes nov2017 Web

Crédit photo: La Rue des femmes
De gauche à droite : Berthe Lacharité, Léonie Couture, Ève-Marie Lampron, Sophie Gilbert, Anne-Marie Émard, David Lavoie.
Archives

Martine Delvaux, professeure au Département d’études littéraires et membre de l’IREF, signe «Qu’est-ce qu’on a à perdre?», dans La Presse +, 16 janvier 2018

Danielle Desmarais, professeure à l’École de travail social, était en entrevue à Désautels le dimanche «En matière de raccrochage scolaire, le Québec est un cancre», sur Ici Radio-Canada, 14 janvier 2018 

Sandrine Ricci, doctorante en sociologie et chargée de cours à l’IREF, est citée dans
«“Inconduiteˮ: l’euphémisme dans l’ombre de #MoiAussi», Le Devoir, 13 janvier 2018

Isabelle Boisclair, membre associée de l’IREF, signe «Les suites de #MeToo», dans Le Devoir du 11 janvier 2018

Sandrine Ricci, doctorante en sociologie et chargée de cours à l’IREF, et Chantal Maillé, membre associée, sont citées dans «Une centaine d’artistes et de journalistes françaises s’attaquent au mouvement #MoiAussi», Le Devoir, 10 janvier 2018

Rachel Chagnon, directrice de l’IREF et professeure au Département des sciences juridiques, était en entrevue à «Plus on est de fous, plus on lit» pour un segment sur les nouveaux penseurs (à 14h33), sur la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, le 10 janvier 2018

Julie Ravary-Pilon, stagiaire postdoctorale à l’IREF, est citée dans l’article «La fiction au temps de la parité», La Presse +, 6 janvier 2018

Rachel Chagnon, professeure au Département de sciences juridiques et directrice de l’IREF, est citée dans un article de La Presse+ du 3 janvier 2018 sur les suites du #MeToo #MoiAussi

- Elle est aussi citée dans «Les femmes ne seront pas silencieuses en 2018», Ici Radio-Canada, 3 janvier 2018

Archives

 
IREF25 web