Choisir les études féministesChoisir les études féministes

Certificat en études féministes

L'objectif principal du certificat (10 cours-30 crédits) est d’offrir une formation pluridisciplinaire qui permet l’acquisition de connaissances théoriques et appliquées sur les femmes, les féminismes et les rapports sociaux de sexe.

Voir le programme d'étude du certificat

Les étudiantes et étudiants qui souhaitent intégrer une concentration dans le cadre de leur programme de baccalauréat, de maîtrise ou de doctorat doivent communiquer avec l’assistante de programmes à l’IREF ( iref@uqam.ca ). Cette démarche est essentielle pour faire reconnaître la concentration et recevoir une attestation d’études émise par le Registariat.


Concentration de 1er cycle

La concentration en études féministes (6 cours-18 crédits) est accessible à toute personne inscrite à un programme de baccalauréat, pourvu que la structure de son programme le permette (cours à suivre hors du champ de spécialisation et cours libres).

Voir le programme d'étude du premier cycle


Concentration de 2e cycle

Réalisée dans le cadre des activités de la maîtrise, la concentration (2 cours-6 crédits + les crédits affectés à la réalisation du mémoire) favorise le développement d’une réflexion théorique et l’utilisation d’approches féministes dans le projet de recherche de l’étudiante, l’étudiant. La concentration donne accès à une formation multidisciplinaire en études féministes.

Les programmes de maîtrise qui intègrent la concentration sont les suivants :

  • Communication
  • Études littéraires
  • Histoire
  • Histoire de l'art
  • Sexologie
  • Sociologie
  • Science politique
  • Sciences des religions
  • Travail social
Voir le programme d'étude du deuxième cycle


Concentration de 3e cycle

Réalisée dans le cadre des activités du doctorat, la concentration (1 cours-3 crédits + les crédits affectés à la réalisation de la thèse) offre une spécialisation en études féministes à l'intérieur des programmes de doctorats spécifiques.

Les huit programmes de doctorat qui intègrent la concentration sont les suivants :

  • Études littéraires
  • Histoire
  • Histoire de l'art
  • Psychologie
  • Science politique
  • Sciences des religions
  • Sociologie
Voir le programme d'étude du troisième cycle

Table ronde : Représentations médiatiques des femmes en politique

Mardi 25 septembre 12h30-14h, Salle DS-1950

Avec : Caterine Bourassa-Dansereau (Département de communication sociale et publique), Marianne Théberge-Guyon (Doctorante en communication), Audrey Gosselin-Pellerin (Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie) , Isabelle Gusse (Département de science politique), Fatoumata Bernadette Sonko (Sciences de l’information) et Rachel Chagnon (IREF et Département des sciences juridiques). Animation : Pascale Navarro, auteure et chroniqueuse politique.

Table rondeReprésentationsmédiatiques 2018

Archives

Notre membre honoraire Micheline Labelle signe «Les partis politiques face aux modèles d’immigration et d’intégration», Le Devoir, 14 août 2018

Rachel Chagnon, directrice de l'IREF, et Sandrine Ricci, chargée de cours à l'IREF, sont citées dans «La riposte d’une Parisienne à des commentaires désobligeants devient virale», Le Devoir, 1er août 2018

Rachel Chagnon était également à l’émission «Le 15-18», pour discuter du «Dépôt d’une loi sur le harcèlement de rue en France» sur la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, 1er août 2018 (à 16h38). Elle est aussi citée dans l'article «Mouvement #MOIAUSSI Pour que les victimes comptent vraiment», La Presse+, 30 juillet 2018

Lori Saint-Martin, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, écrit à son tour un texte dans Le Devoir «De la responsabilité des écrivains» suite à la démission de la directrice de la revue XYZ «refusant de cautionner un texte du prochain numéro dont la chute raconte une scène d’agression sexuelle». Le Devoir, 28 juillet 2018

Isabelle Boisclair, membre associée à l’IREF et professeure à l’Université de Sherbrooke, publiait le texte «Représentation du viol en littérature: pour dire quoi?» Le Devoir, 27 juillet 2018

Martine Delvaux, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, répondait aux questions dans l'article «Comment parler des violences faites aux femmes en littérature?» Le Devoir, 26 juillet 2018

Mélanie Millette du Département de communication sociale et publique et Rachel Chagnon, directrice de l’IREF, sont citées dans «La pilosité exposée dans une publicité», Le Devoir, 5 juillet 2018

Archives

 
IREF25 web