BabillardColloque international: (Re)découvrir Nelly Arcan

Colloque : «(Re)découvrir Nelly Arcan», 16 et 17 septembre 2019, École des Hautes études en Sciences Sociales, Paris. Échéance: 31 mars 2019

Appel à communications

(Re)découvrir Nelly Arcan

Colloque international

Paris, 16 et 17 septembre 2019

Nelly Arcan est une écrivaine d’origine québécoise. Putain, son premier livre, publié en 2001, est rapidement devenu un bestseller et a été retenu dans les sélections des prix Médicis et Femina. Par la suite, Arcan a publié une autre autofiction, deux romans, des chroniques journalistiques et un album illustré. Ces volumes ont été suivis par la publication d’un essai posthume, Burqa de chair. Elle s’est donné la mort en septembre 2009.

L’entrée de Nelly Arcan sur la scène littéraire est inséparable de l’accueil reçu par Putain. Le travail éditorial et le cadrage médiatique de sa réception, focalisés sur la dimension sexuelle de l’ouvrage, en ont fait l’objet d’un scandale – le corps et les discours de l’autrice ont été, à ce propos, considérés comme des incarnations privilégiées de cette réception. Ce faisant, la réception a contribué, au Québec et à plus forte raison en France, à évacuer la portée littéraire, philosophique, politique et sociale de cette œuvre et des suivantes. Tandis que le Québec connaît aujourd’hui un regain d’intérêt pour l’œuvre de Nelly Arcan, force est de constater la relative absence de postérité littéraire et universitaire de ses œuvres en France.

Pourtant, leur qualité littéraire, leur portée sociopolitique et leur caractère à la fois actuel et atemporel sont incontestables. Sur le plan thématique, Arcan a abordé de nombreuses questions, du diktat de la beauté dans les sociétés contemporaines jusqu’au suicide, en passant par l’économie des échanges sexuels et la tyrannie des rapports familiaux. Son œuvre est multiforme : une partie de ses productions s’inscrit dans un héritage autofictionnel, une autre prolonge les interrogations propres à la forme romanesque, d’autres écrits encore ont proposé de travailler les dialogues cinématographiques ou de tisser des liens entre littérature et danse contemporaine. Enfin, la dimension sociale des réflexions et des écrits d’Arcan trouve un écho particulier dans de nombreux débats, qu’il s’agisse de replacer ses prises de position dans le cadre d’une « troisième vague » du féminisme ou de situer son travail dans les luttes pour la légitimation du genre autofictionnel. Il paraît donc curieux qu’une œuvre d’une telle contemporanéité, portée par une langue riche et novatrice, ne conserve qu’une place très marginale dans les corpus littéraires en langue française.

Dix ans après le suicide de Nelly Arcan, il nous semble ainsi nécessaire de donner à ce colloque un double objectif : rendre un digne hommage à Nelly Arcan, à la fois universitaire et littéraire; et encourager la (re)découverte de son œuvre en convoquant l’ensemble des disciplines qui pourraient, de près comme de loin, toucher au propos de l’autrice. Dans cette perspective, ce colloque vise à réunir les chercheurs et chercheuses dont les travaux portent sur l’œuvre arcanienne, qu’ils ou elles la fréquentent de longue date ou depuis peu, et qu’ils ou elles souhaitent présenter des travaux en cours ou soumettre son œuvre à de nouvelles questions.

Les deux journées du colloque se dérouleront à l’École des Hautes études en Sciences Sociales. Dans le cadre du colloque, la soirée du 16 septembre sera consacrée à des lectures/performances inédites de l’œuvre de Nelly Arcan par les écrivaines Mélikah Abdelmoumen, Chloé Delaume, Martine Delvaux et Camille Laurens. La soirée se tiendra à la Maison de la poésie. Le colloque se clôturera le 17 septembre par un cocktail à la Bibliothèque Gaston-Miron – Études québécoises.

Les propositions de communication devront interroger les écrits de Nelly Arcan ainsi que leurs conditions de production, de circulation et de réception. Elles pourront être en lien avec les disciplines et les approches théoriques suivantes : études littéraires, études de genre, études féministes et queer, études médiatiques, sociologie, psychanalyse, philosophie, science politique. Les propositions de communication pourront s’inscrire dans les axes ci-dessous, sans qu’ils soient exclusifs d’autres entrées dans l’œuvre :

    Forme et style
    Autofiction
    Fiction(s) sociale(s)
    Genre, corps et sexualité
    Transactions sexuelles et travail du sexe
    Mélancolie, folie, suicide
    Nelly Arcan et la philosophie
    Corps et corpus politique
    Posture(s) auctoriale(s) et figure d’autrice
    Réceptions littéraires et médiatiques
    Traduction et circulation internationale des œuvres

Les propositions, d’une longueur maximale de 400 mots, devront être accompagnées d’une courte notice biobibliographique et envoyées à l’adresse suivante : colloquearcan2019@gmail.com avant le 31 mars 2019.

Elles seront soumises à l’évaluation du comité scientifique, composé de :

Lilas Bass (EHESS) ; Mylène Bédard (Université Laval) ; Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke) ; Bruno Blanckeman (Paris 3) ; Christine Detréz (ENS Lyon) ; Jean-Michel Devésa (Université de Limoges) ; Lucile Dumont (EHESS, Paris 1) ; Isabelle Grell (ITEM-ENS/CNRS) ; Barbara Havercroft (University of Toronto) ; Audrey Lasserre (UCLouvain) ; Delphine Naudier (Paris 8-Paris Nanterre) ; Catherine Parent (Université de Sherbrooke-Université Laval) ; Juliette Rennes (EHESS) ; Lori Saint-Martin (UQAM) ; Gisèle Sapiro (EHESS) ; Michèle Schaal (Iowa State University) ; Mélissa Thériault (UQTR).

Une réponse sera transmise au début du mois de mai.

N.B. Le comité organisateur du colloque ne peut s’engager pour la prise en charge de l’ensemble des frais de déplacement et d’hébergement. Les demandes de financement seront cependant examinées attentivement et pourraient donner lieu à une prise en charge partielle. Le comité encourage vivement les participant·e·s à s’adresser également à leurs institutions de rattachement respectives afin d’assurer la participation au colloque.

La 'psychologisation' des violences sexistes: histoire et enjeux

Conférence publique de Stéphanie Pache, PhD, MD, Post-doctorante, Département d’Histoire des Sciences, Université Harvard.

Mercredi 7 novembre 2018 de 15h30 à 17h30. Salle A-2660 du pavillon Hubert-Aquin à l'UQAM. Dans le cadre du Séminaire de 2e cycle de Yolande Cohen, FEM 7000-30, Automne 2018

Des voix qui s'élèvent

L'IREF est heureux de collaborer à la Journée d'étude «Des voix qui s'élèvent» organisée par le Département d'histoire de l'art de l'UQAM dans le cadre de l'exposition Soulèvements, présentée par la Galerie de l'UQAM et la Cinémathèque québécoise

Nos membres Thérèse St-Gelais, Véronique Leduc, Edith-Anne Pageot, Mélanie Millette et Julie Ravary-Pilon y participeront.

Jeudi 8 novembre 2018, 9 h - 17 h 30

ColloqueThereseWebMarie-Josée Saint-Pierre, Passages, 2008,
image tirée du film d'animation

Soutenance de Liza Petiteau

Liza Petiteau, membre IREF et candidate au doctorat en histoire de l'art avec concentration en études féministes, soutiendra sa thèse intitulée «Le vêtement, une interface stratégique pour les mises en scènes d'artiste féministes (2000-2010)»
Mardi 27 novembre 2018 à partir de 13h30
UQAM /changement de local : N-3785

Archives

Chiara Piazzesi, professeure au Département de sociologie et membre de l'IREF, participait le 31 octobre 2018 à l'émission Les Francs-Tireurs sur Télé-Québec pour y parler de la sexualité dans 20 ans

Sandrine Ricci, doctorante et chargée de cours à l’IREF, est citée dans l’article «L’UQAM critiquée pour sa gestion des plaintes de harcèlement sexuel», Le Devoir, 30 octobre 2018

Caterine Bourassa-Dansereau, professeure au Département de communication sociale et publique, signe avec Linda Crevier : «Les défis de la couverture des femmes en politique», Le Devoir, 29 octobre 2018

Rachel Chagnon, directrice de l’IREF et professeure au Département des sciences juridiques, est citée dans l’article «Que reste-t-il du marketing de genre ?», InfoPresse.com, 25 octobre 2018

Archives

 
IREF25 web