Revue FéminÉtudesProtocole

REVUE FÉMINÉTUDES

Fem

Protocole

Protocole de présentation des articlesLes textes présentés doivent être rédigés en français

Envoyez deux copies de votre texte à feminetudes.textes@gmail.com

• L’une avec vos coordonnées (nom et prénom, téléphone, courriel, champ d’études et niveau de scolarité)


• L’autre non identifiée.

Vous pouvez joindre des images ou des photos à vos articles (document séparé, ne doit pas faire partie du texte).

La longueur des textes soumis doit se situer entre 6 à 10 pages à double interligne, caractère Times 12. (Dans le cas de créations littéraires ou de chroniques, la longueur peut varier) .

La féminisation : Les textes présentés doivent être féminisés.


Remarques importantes:

1. On évite l’utilisation des paranthèses ou tirets à moins de ne pas connaître le référent, ex : Vous êtes invités-es.

2. Les noms s’écrivent dans les deux genres, ex : les enseignants et les enseignantes. 

3. L’accord en genre et en nombre des adjectifs et des participes passés épithètes se fait avec le nom le plus proche, ex : Une étudiante ou un étudiant inscrit / Un étudiant ou une étudiante inscrite; De nombreux étudiants et étudiantes / De nombreuses étudiantes et étudiants; Les professeures et professeurs sont invités (dans le cas des participes, le nom masculin est en dernier).

Le nom complet d’un sigle ou d’un anacronyme devra être indiqué à sa première occurrence : ex. Université du Québec à Rimouski (UQAR) Pour les citations, on utilise les guillemets français : « bla bla bla » .

Les auteures, auteurs doivent s’assurer de l’exactitude des citations, des références bibliographiques et des sites internet.

Les références bibliographiques seront placées dans le texte en indiquant entre parenthèses le nom de famille de ou des auteures, auteurs, l’année de publication et la page (s’il y a lieu), comme dans les exemples suivants : (Meilleur, 1992 : 125), (Meilleur et Chevrette, 1988 : 240), (Tremblay, 1988; Lévesque, 1990). La référence doit suivre immédiatement le mot ou les guillemets avant toute ponctuation. 

Les notes personnelles seront présentées à simple interligne en bas de page, par exemple : 1. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter tel auteur…

La bibliographie : La liste complète des références sera placée en ordre alphabétique à la fin du document. Écrire en italique le titre des livres et revues et mettre entre guillemets les titres d’articles et de chapitres de livres. 

Exemple : 
BELOTTI, Elena (1974). Du côté des petites filles, Paris, éd. des femmes.
LANDRY, Simone (1989). « Le pouvoir des femmes dans les groupes restreints »,
Recherches féministes, vol. 2, no 2 : 15-54.


Informations : IREF 514-987-6823 ou par courriel à revue.feminetudes@gmail.com

Notre membre honoraire Micheline Labelle signe «Les partis politiques face aux modèles d’immigration et d’intégration», Le Devoir, 14 août 2018

Rachel Chagnon, directrice de l'IREF, et Sandrine Ricci, chargée de cours à l'IREF, sont citées dans «La riposte d’une Parisienne à des commentaires désobligeants devient virale», Le Devoir, 1er août 2018

Rachel Chagnon était également à l’émission «Le 15-18», pour discuter du «Dépôt d’une loi sur le harcèlement de rue en France» sur la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, 1er août 2018 (à 16h38). Elle est aussi citée dans l'article «Mouvement #MOIAUSSI Pour que les victimes comptent vraiment», La Presse+, 30 juillet 2018

Lori Saint-Martin, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, écrit à son tour un texte dans Le Devoir «De la responsabilité des écrivains» suite à la démission de la directrice de la revue XYZ «refusant de cautionner un texte du prochain numéro dont la chute raconte une scène d’agression sexuelle». Le Devoir, 28 juillet 2018

Isabelle Boisclair, membre associée à l’IREF et professeure à l’Université de Sherbrooke, publiait le texte «Représentation du viol en littérature: pour dire quoi?» Le Devoir, 27 juillet 2018

Martine Delvaux, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, répondait aux questions dans l'article «Comment parler des violences faites aux femmes en littérature?» Le Devoir, 26 juillet 2018

Mélanie Millette du Département de communication sociale et publique et Rachel Chagnon, directrice de l’IREF, sont citées dans «La pilosité exposée dans une publicité», Le Devoir, 5 juillet 2018

Archives

 
IREF25 web