Équipes de rechercheGroupe interdisciplinaire de recherche sur l’antiféminisme (GIRAF)

Chercheur : Francis Dupuis-Déri
Co-chercheures, co-chercheur : Francine Descarries, Lori Saint-Martin, Frédérick Gagnon
Partenaires : L’R des centres des femmes du Québec, les Éditions du remue-ménage, et le Protocole UQAM/Relais-femmes du Service aux collectivités de l’UQAM.

Le GIRAF se veut un espace de convergence interdisciplinaire et de synergie de la recherche sur l’antiféminisme à l’UQAM, en plus d’offrir un cadre favorable au développement de nouveaux projets de recherche et de demandes de financement, de stimuler l’enseignement sur l’antiféminisme et de permettre à des étudiantes et des étudiants aux études supérieures qui se spécialisent sur ce sujet de s’insérer dans une équipe de recherche. Plus spécifiquement, le GIRAF poursuit quatre objectifs: (1) une mission de documentation historique, soit de la recherche sur les formes de l’antiféminisme dans l’histoire ; (2) le développement théorique critique, soit la production d’outils analytiques et conceptuels pour mieux étudier l’antiféminisme ; (3) la diffusion scientifique, principalement grâce à la collection «Observatoire de l’antiféminisme (aux éditions du Remue-ménage) et à des conférences et des publications, d’études sur l’antiféminisme contemporain et historique ; (4) la participation au débat public, par l’organisation de conférences publiques ou de conférences auprès d’organisations non-gouvernementales et de groupes sociaux concernés, et la diffusion de textes dans les médias grand public et les médias alternatifs.

Martine Delvaux et Isabelle Boisclair, membres de l'IREF, signent un billet d’opinion «Érotisme au masculin. Qui regarde qui, dans ces films? Qui voit-on, sous quelle lumière et pour faire jouir qui?», Le Devoir, 20 juillet 2016

Marie Pagès, ancienne étudiante de l'IREF, signe «Le congé maternisant. Ou comment le congé de maternité vous transforme en parfaite mère de famille» - Le Devoir, 14 juillet 2016

Martine Delvaux, professeure au Département d’études littéraires, signe un billet de blogue intitulé «Des hommes et de l’invisibilité» dans la Gazette des femmes, 11 juillet 2016

Chiara Piazzesi, professeure au Département de sociologie, et Marie Hazan, professeure au Département de psychologie, sont citées dans l’article «Relations de couple – Les scripts sexuels ont changé», La Presse +, 9 juillet 2016

Martine Delvaux, professeure au Département d’études littéraires, est intervenue dans «Tannés d’être pris pour un resto de serveuses sexy», Journal de Montréal, 29 juin 2016

Martine Delvaux, professeure au Département d’études littéraires est citée dans «La mère parfaite existe-t-elle?» et «La faute des réseaux sociaux?», La Presse+, 25 juin 2016

Allison Harell, professeure au Département de science politique, est citée dans l’article «What psychology reveals about the Brexit vote» du magazine MacLean’s, 24 juin 2016

Allison Harell, professeure au Département de science politique, est citée dans l’article «What psychology reveals about the Brexit vote» du magazine MacLean’s, 24 juin 2016

http://www.macleans.ca/politics/worldpolitics/what-psychology-reveals-about-the-brexit-vote/

Line Chamberland, professeure au Département de sexologie et titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie, signe un article dans le journal l'Humanité qui s'interroge sur l'homophobie et la violence homophobe. «Après la tuerie d'Orlando... Face aux agressions physiques et verbales, comment en finir avec l'homophobie?» L'Humanité, 22 juin 2016

Lori Saint-Martin, professeure au Département d’études littéraires et coordonnatrice de la recherche à l’IREF, est citée dans l’article «Prendre conscience de son oppression» sur Benoîte Groult, Le Devoir, 22 juin 2016

Archives

 
IREF25 web