Équipes de rechercheGroupe interdisciplinaire de recherche sur l’antiféminisme (GIRAF)

Chercheur : Francis Dupuis-Déri
Co-chercheures, co-chercheur : Francine Descarries, Lori Saint-Martin, Frédérick Gagnon
Partenaires : L’R des centres des femmes du Québec, les Éditions du remue-ménage, et le Protocole UQAM/Relais-femmes du Service aux collectivités de l’UQAM.

Le GIRAF se veut un espace de convergence interdisciplinaire et de synergie de la recherche sur l’antiféminisme à l’UQAM, en plus d’offrir un cadre favorable au développement de nouveaux projets de recherche et de demandes de financement, de stimuler l’enseignement sur l’antiféminisme et de permettre à des étudiantes et des étudiants aux études supérieures qui se spécialisent sur ce sujet de s’insérer dans une équipe de recherche. Plus spécifiquement, le GIRAF poursuit quatre objectifs: (1) une mission de documentation historique, soit de la recherche sur les formes de l’antiféminisme dans l’histoire ; (2) le développement théorique critique, soit la production d’outils analytiques et conceptuels pour mieux étudier l’antiféminisme ; (3) la diffusion scientifique, principalement grâce à la collection «Observatoire de l’antiféminisme (aux éditions du Remue-ménage) et à des conférences et des publications, d’études sur l’antiféminisme contemporain et historique ; (4) la participation au débat public, par l’organisation de conférences publiques ou de conférences auprès d’organisations non-gouvernementales et de groupes sociaux concernés, et la diffusion de textes dans les médias grand public et les médias alternatifs.

Avis de soutenance - Anne Létourneau

Mercredi, le 8 juillet 2015 à 14 heures
Local W-5215, Pavillon Thérèse-Casgrain, UQAM (455, boul. René-Lévesque Est) 

Archives

Martine Delvaux, professeure au Département d'études littéraires, signe « Est-il possible d'exister en tant que femmes, au présent? » dans Le Devoir du 7 juillet 2015 

Isabelle Boisclair, membre associée de l'IREF, signe « Tout, tout, tout sur le sexe et le genre » dans Le Devoir du 27 juin 2015

Francis Dupuis-Déri, professeur au Département de science politique, signe un article dans Le Devoir du 26 juin 2015 : « Entre répression et complaisance politique » 

Francine Descarries, professeure au Département de sociologie, est citée dans l'article « 30 ans et célibataire, et alors » dans le magazine Clin d'œil, 15 juin 2015

Yolande Cohen, professeure au Département d'histoire et Martine Delvaux, professeure au Département d'études littéraires, étaient à la Première chaîne de Ici Radio-Canada à l'émission « Plus on est de fous, plus on lit! » à 13 h 30 mercredi 17 juin 2015 pour y parler des femmes et de la violence politique

La conférence donnée le 11 juin par Maria Nengeh Mensah, professeure à l'École de travail social et son collègue Simon Corneau du Département de sexologie, « L'enseignement de sujets sensibles et contentieux: entre plaisirs et défis », fait l'objet d'un article des Actualités UQAM, 5 juin 2015

Line Chamberland, professeure au Département de sexologie et titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie, est citée dans Le Téléjournal Estrie, Ici Radio-Canada, à propos de la réalité vécue par les personnes transgenre, 5 juin 2015

Sandrine Ricci, doctorante en sociologie a parlé du Grand Prix du Canada et l'exploitation des femmes à l'émission C'est pas trop tôt !, Première chaîne, le 4 juin 2015, 8 h 24

Mélissa Blais, doctorante en sociologie et Francis Dupuis-Déri, professeur au Département de science politique, étaient à Médium large à la Première chaîne pour y parler de masculinisme, le 4 juin 2015

Archives