Équipes de rechercheSexe, race, classe. Féminismes en recomposition

Organisme subventionnaire : CRSH, programme de développement savoir (2011-2013)
Chercheure : Elsa Galerand
Co-chercheure : Francine Descarries

Ce projet participe d’un nouveau champ de recherche qui porte sur le féminisme et qui consiste à examiner ses mutations, ses recompositions ainsi que ses relations aux autres mouvements d’émancipation à partir des théories de l’articulation du genre aux autres rapports de pouvoir (de classe, de race, coloniaux et postcoloniaux notamment). Ce projet s’intéresse, pour sa part, aux modalités selon lesquelles les résistances féministes se redéploient aujourd’hui, dans le contexte de la société québécoise, face aux différentes formes de violences et d’exploitation croisées qui accompagnent la mondialisation néolibérale. Au nombre des dernières métamorphoses du féminisme québécois, ses formes de renouvellement autour des apports critiques des féminismes noir, postcolonial et d’inspiration marxiste, sont plus précisément au centre du programme de recherche proposé. Ces critiques ont, tour à tour, démontré la nécessité d’intégrer pleinement les rapports de pouvoir (de classe et de race) entre femmes dans l’analyse de l’oppression des femmes comme dans la construction des luttes contre cette oppression. Et cette nécessité semble désormais non seulement théoriquement admise mais inscrite à l’agenda militant du mouvement féministe québécois.

Table ronde : Représentations médiatiques des femmes en politique

Mardi 25 septembre 12h30-14h, Salle DS-1950

Avec : Caterine Bourassa-Dansereau (Département de communication sociale et publique), Marianne Théberge-Guyon (Doctorante en communication), Audrey Gosselin-Pellerin (Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie) , Isabelle Gusse (Département de science politique), Fatoumata Bernadette Sonko (Sciences de l’information) et Rachel Chagnon (IREF et Département des sciences juridiques). Animation : Pascale Navarro, auteure et chroniqueuse politique.

Table rondeReprésentationsmédiatiques 2018

Archives

Notre membre honoraire Micheline Labelle signe «Les partis politiques face aux modèles d’immigration et d’intégration», Le Devoir, 14 août 2018

Rachel Chagnon, directrice de l'IREF, et Sandrine Ricci, chargée de cours à l'IREF, sont citées dans «La riposte d’une Parisienne à des commentaires désobligeants devient virale», Le Devoir, 1er août 2018

Rachel Chagnon était également à l’émission «Le 15-18», pour discuter du «Dépôt d’une loi sur le harcèlement de rue en France» sur la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, 1er août 2018 (à 16h38). Elle est aussi citée dans l'article «Mouvement #MOIAUSSI Pour que les victimes comptent vraiment», La Presse+, 30 juillet 2018

Lori Saint-Martin, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, écrit à son tour un texte dans Le Devoir «De la responsabilité des écrivains» suite à la démission de la directrice de la revue XYZ «refusant de cautionner un texte du prochain numéro dont la chute raconte une scène d’agression sexuelle». Le Devoir, 28 juillet 2018

Isabelle Boisclair, membre associée à l’IREF et professeure à l’Université de Sherbrooke, publiait le texte «Représentation du viol en littérature: pour dire quoi?» Le Devoir, 27 juillet 2018

Martine Delvaux, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, répondait aux questions dans l'article «Comment parler des violences faites aux femmes en littérature?» Le Devoir, 26 juillet 2018

Mélanie Millette du Département de communication sociale et publique et Rachel Chagnon, directrice de l’IREF, sont citées dans «La pilosité exposée dans une publicité», Le Devoir, 5 juillet 2018

Archives

 
IREF25 web