Équipes de rechercheLe souci de l'autre (care) comme système global d'intervention des organisations transnationales de femmes (France/Canada, 1880-1950)

Organisme subventionnaire : CRSH, Subvention ordinaire de recherche (2011-2014)
Chercheure : Yolande Cohen
Site web : http://www.hfgm.uqam.ca 

Étroitement lié à l’activité philanthropique, le souci des autres (care) est devenu en quelques décennies un système global d’intervention mis en place par des réseaux transnationaux, de femmes en particulier. L’histoire des régimes de citoyenneté signale l’importance de leur contribution à la vie politique occidentale au cours des années 1880-1950. La mobilisation de femmes au sein de mouvements transnationaux fondés à la fin du XIXe siècle, comme la Conférence universelle des Young Women's Christian Association (World YWCA) et le Conseil International des Femmes, témoigne d’une vision spécifique de leur intervention dans la sphère publique. Centrées sur leurs préoccupations à l’égard des populations vulnérables, ces organisations vont identifier des problèmes, élaborer des pratiques d’intervention et définir des formes alternatives de pouvoir politique. Les actions de ces femmes leur donnent un accès particulier au pouvoir politique établi sur le souci des autres, le bien-être social, la solidarité, et leur ont permis de développer une capacité d’agir collective (agency) aux niveaux national et international. Notre programme de recherche vise à faire l’histoire encore peu connue du rôle de ces organisations de femmes dans l’avènement d’une société de bien-être, en France et au Canada. Les deux grands réseaux internationaux et leurs branches nationales: le Conseil National des Femmes Françaises (créé en 1901), the National Council of Women of Canada (fondé en 1893) et les sections canadiennes et françaises du YWCA seront étudiés, en particulier la nature et les effets des liens transnationaux ainsi que l'adoption de nouvelles politiques publiques.

Table ronde : Représentations médiatiques des femmes en politique

Mardi 25 septembre 12h30-14h, Salle DS-1950

Avec : Caterine Bourassa-Dansereau (Département de communication sociale et publique), Marianne Théberge-Guyon (Doctorante en communication), Audrey Gosselin-Pellerin (Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie) , Isabelle Gusse (Département de science politique), Fatoumata Bernadette Sonko (Sciences de l’information) et Rachel Chagnon (IREF et Département des sciences juridiques). Animation : Pascale Navarro, auteure et chroniqueuse politique.

Table rondeReprésentationsmédiatiques 2018

Archives

Notre membre honoraire Micheline Labelle signe «Les partis politiques face aux modèles d’immigration et d’intégration», Le Devoir, 14 août 2018

Rachel Chagnon, directrice de l'IREF, et Sandrine Ricci, chargée de cours à l'IREF, sont citées dans «La riposte d’une Parisienne à des commentaires désobligeants devient virale», Le Devoir, 1er août 2018

Rachel Chagnon était également à l’émission «Le 15-18», pour discuter du «Dépôt d’une loi sur le harcèlement de rue en France» sur la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, 1er août 2018 (à 16h38). Elle est aussi citée dans l'article «Mouvement #MOIAUSSI Pour que les victimes comptent vraiment», La Presse+, 30 juillet 2018

Lori Saint-Martin, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, écrit à son tour un texte dans Le Devoir «De la responsabilité des écrivains» suite à la démission de la directrice de la revue XYZ «refusant de cautionner un texte du prochain numéro dont la chute raconte une scène d’agression sexuelle». Le Devoir, 28 juillet 2018

Isabelle Boisclair, membre associée à l’IREF et professeure à l’Université de Sherbrooke, publiait le texte «Représentation du viol en littérature: pour dire quoi?» Le Devoir, 27 juillet 2018

Martine Delvaux, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, répondait aux questions dans l'article «Comment parler des violences faites aux femmes en littérature?» Le Devoir, 26 juillet 2018

Mélanie Millette du Département de communication sociale et publique et Rachel Chagnon, directrice de l’IREF, sont citées dans «La pilosité exposée dans une publicité», Le Devoir, 5 juillet 2018

Archives

 
IREF25 web