Équipes de rechercheLes femmes aînées immigrantes et leur rapport au vieillissement

Organisme subventionnaire : CRSH – Développement de partenariat (2011-2014)
Chercheures : Michèle Charpentier (UQAM), Anne Quéniart (UQAM) et Michèle Vatz-Laaroussi (U de Sherbrooke)
Partenaires : Fédération des femmes du Québec, Alliance des communautés culturelles pour l’Égalité dans la santé et les services sociaux (ACCÉSSS), Centre de recherche et d’expertise en gérontologie sociale (CREGES) du CSSS Cavendish-Centre affilié universitaire, et Relais-femmes.

Ce projet s’intéresse aux femmes aînées immigrantes (65 ans et plus ou grand-mères) et veut répondre à la question suivante : comment vivent-elles et perçoivent-elles le fait d’être une aînée, une personne âgée ou vieillissante dans la société québécoise d’aujourd’hui, et plus particulièrement à Montréal. Nous cherchons plus précisément à comprendre ce que représente le vieillissement pour ces femmes, à la fois 1) comme expérience personnelle (rapport au corps, à la santé, effet des stéréotypes sexuels et raciaux sur la construction de l’image de soi), 2) comme expérience familiale (rapport à la famille, place de la grand-maternité dans la définition de soi, rôles comme aînées dans les relations intergénérationnelles et la transmission des valeurs et de la mémoire familiale et culturelle), et 3) comme expérience sociale (impact des conditions de vie et/ou d’immigration dans leur perception du vieillissement, rapport à la société québécoise -expériences de discrimination, de solidarité). La recherche est donc originale à plus d’un titre : 1) Elle apportera des connaissances inédites sur un groupe social peu investigué, 2) Elle s’intéresse à un thème négligé dans la littérature, le vieillissement en lien avec la culture et l’ethnicité, en donnant la parole aux principales concernées et en mettant en lumière les aspects positifs du vieillissement, 3) Elle adopte un angle comparatif novateur.

Table ronde : Représentations médiatiques des femmes en politique

Mardi 25 septembre 12h30-14h, Salle DS-1950

Avec : Caterine Bourassa-Dansereau (Département de communication sociale et publique), Marianne Théberge-Guyon (Doctorante en communication), Audrey Gosselin-Pellerin (Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie) , Isabelle Gusse (Département de science politique), Fatoumata Bernadette Sonko (Sciences de l’information) et Rachel Chagnon (IREF et Département des sciences juridiques). Animation : Pascale Navarro, auteure et chroniqueuse politique.

Table rondeReprésentationsmédiatiques 2018

Archives

Notre membre honoraire Micheline Labelle signe «Les partis politiques face aux modèles d’immigration et d’intégration», Le Devoir, 14 août 2018

Rachel Chagnon, directrice de l'IREF, et Sandrine Ricci, chargée de cours à l'IREF, sont citées dans «La riposte d’une Parisienne à des commentaires désobligeants devient virale», Le Devoir, 1er août 2018

Rachel Chagnon était également à l’émission «Le 15-18», pour discuter du «Dépôt d’une loi sur le harcèlement de rue en France» sur la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, 1er août 2018 (à 16h38). Elle est aussi citée dans l'article «Mouvement #MOIAUSSI Pour que les victimes comptent vraiment», La Presse+, 30 juillet 2018

Lori Saint-Martin, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, écrit à son tour un texte dans Le Devoir «De la responsabilité des écrivains» suite à la démission de la directrice de la revue XYZ «refusant de cautionner un texte du prochain numéro dont la chute raconte une scène d’agression sexuelle». Le Devoir, 28 juillet 2018

Isabelle Boisclair, membre associée à l’IREF et professeure à l’Université de Sherbrooke, publiait le texte «Représentation du viol en littérature: pour dire quoi?» Le Devoir, 27 juillet 2018

Martine Delvaux, membre IREF et professeure au Département d’études littéraires, répondait aux questions dans l'article «Comment parler des violences faites aux femmes en littérature?» Le Devoir, 26 juillet 2018

Mélanie Millette du Département de communication sociale et publique et Rachel Chagnon, directrice de l’IREF, sont citées dans «La pilosité exposée dans une publicité», Le Devoir, 5 juillet 2018

Archives

 
IREF25 web