• Crédit Photo : Services des communications et du recrutement UQAM

De l’assignation à l’éclatement. Continuités et ruptures dans les représentations des femmes

Sous la direction de Dominique Bourque, Francine Descarries et Caroline Désy, Les Cahiers de l’IREF, collection Agora, no 5, 2013, 160 pages.

Sous l’égide de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’Université du Québec à Montréal et de l’Institut d’études des femmes de l’Université d’Ottawa, cet ouvrage fait suite au colloque « Représentations des femmes : médias, arts, société », tenu dans le cadre du 79eCongrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) en mai 2011. Il aborde les représentations des femmes sous deux grands angles. Il examine d’une part la reconduction des représentations dans le processus de construction identitaire et sociale des rôles féminins. Il s’attache également à illustrer comment les rapports de division et de hiérarchie basés sur le sexe/genre donnent lieu à la rencontre d’un ensemble très diversifié d’éléments symboliques ou normatifs, de croyances, de valeurs, de savoirs, de stéréotypes et d’images agissant comme prescripteurs d’attitudes et de pratiques. Du sexisme ordinaire dans les médias à la glorification d’un certain type de corps féminin dans les œuvres d’art, en passant par l’hypersexualisation des filles et des femmes dans l’espace public, et le poids de l’héritage légué par l’idéologie patriarcale, nombre de sujets fondamentaux sont convoqués, interrogés et analysés. D’autre part, puisque représentation veut aussi dire partici-pation, visibilité et exercice d’un rôle citoyen, l’ouvrage traite également de la nature et du poids de l’inclusion sociale, professionnelle et politique des femmes, tout comme des modalités encore agissantes de leur mise à l’écart. Enfin, comme il importe de ne pas minimiser le rôle des pratiques sur les représentations sociales, l’interdépendance entre représentations et pratiques est investiguée.

Auteures de ce recueil : Carole Boulebsol, Dominique Bourque, Rachel Chagnon, Michèle Charpentier, Francine Descarries, Caroline Désy, Marcelle Dubé, Catherine Dussault Frenette, Lilia Goldfarb, Émilie Goulet, Marie-Noëlle Huet, Geneviève Lafleur, Ève Lamoureux, Chantal Maillé, Isabelle Marchand  et  Anne Quéniart.

Cette publication est disponible en libre accès

Institut de recherches et d’études féministes

Créé en 1990, l’Institut de recherches et d’études féministes a pour mission de promouvoir et de développer la formation et la recherche féministes dans une perspective interdisciplinaire. Il constitue un regroupement de plus de 500 membres professeures, chercheures, chargées de cours, professionnelles, étudiantes et étudiants de l’UQAM, ainsi que des professeures et des membres associées.

Suivez-nous

Coordonnées

Institut de recherches et d’études féministes
Local VA-2200
210, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 1L1