• WWKARMY, performance du collectif WWKA (Women With Kitchen Appliances) présentée en 2008 au Musée d’art contemporain de Montréal dans le cadre de la Triennale québécoise : Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
    Crédit Photo : Guy L’Heureux.

Les femmes et la libéralisation globale Bilan critique des écrits publiés depuis 2003

Par Marie-Pierre Boucher. Cahiers de l’IREF, no 20

Réalisé dans le cadre de la recherche « Les effets des accords de commerce et de la libéralisation des marchés sur les conditions de travail et de vie des femmes au Québec, 1989-2005 », sous la direction de Dorval Brunelle, ce bilan critique présente l’impact de la libéralisation des marchés sur la division sexuelle du travail. Sa toile de fond n’est pas simplement la globalisation, puisqu’une attention particulière a été accordée aux inégalités de sexe, de classe et de développement susceptibles d’amplifier ces impacts. Concentré sur les écrits qui synthétisent les grands aspects de ces effets, ce bilan vise à répondre aux trois questions suivantes : la libéralisation utilise-t-elle de manière systémique les rouages de la division sexuelle du travail, les renouvelle-t-elle ou participe-t-elle du ralentissement du processus d’émancipation des femmes ? Ce document de recherche intègre des données actualisées sur la situation des femmes au Québec.

Institut de recherches et d’études féministes

Créé en 1990, l’Institut de recherches et d’études féministes a pour mission de promouvoir et de développer la formation et la recherche féministes dans une perspective interdisciplinaire. Il constitue un regroupement de plus de 500 membres professeures, chercheures, chargées de cours, professionnelles, étudiantes et étudiants de l’UQAM, ainsi que des professeures et des membres associées.

Suivez-nous

Coordonnées

Institut de recherches et d’études féministes
Local VA-2200
210, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 1L1