• BiblioFEM* - le portail bibliographique des références en études féministes

Auteur : Hildgen, Bronja

Deux offres d'emplois - 10 h par semaine pour une année (mai 2024-mai 2025)

L’équipe de l’IREF est à la recherche de deux personnes étudiantes dynamiques et engagées pour des contrats d’une durée d’un an (mai 2024-mai 2025) de 10 heures par semaine.

Le projet Foire féministe : Féministes dans la cité (chercheure principale, Chiara Piazzesi) aura lieu du printemps 2024 au printemps 2025 et comprend une large programmation d’activités qui vise à ramener les débats, savoirs, savoir-faire et manières d’être ensemble féministes « au centre » de la cité pour stimuler des débats autour des défis globaux actuels et promouvoir une culture de justice, équité et inclusion féministe dans la société québécoise.

Plus concrètement, les mandats offerts visent à soutenir l’équipe de chercheures et les professionnelles de l’IREF sur les deux volets suivants :

  • Coordination des activités (gestion des communications avec les participantes, relations avec le bureaux et services; construction des horaires et programmes; stratégie de diffusion; soutien à la logistique et au déroulement des activités.
  • Réalisations de contenus de vulgarisation : idéation de grille d’entretien, scénarisation de balados, édition et préparation d’archivage, indexation de contenu.

Vous êtes intéressé·e·s par les études féministes, vous démontrez de l’intérêt pour la réalisation de balado, la construction de matériel de diffusion axé sur la vulgarisation et  l’organisation d’évènement ?

Remplissez le formulaire suivant : https://airtable.com/appcXTMSJe8uDQV6D/shrOEdpaU9OUByeEl

Voici un résumé du projet et de sa programmation :

La Foire Féministe: féministes dans la cité est une programmation d’activités de diffusion de connaissances, réseautage et création d’outils de vulgarisation qui auront lieu du printemps 2024 au printemps 2025. Elle s’adresse à une pluralité de publics d’orientation féministe dans la société québécoise: étudiant.e.s, practicienn.e.s, professionnel.le.s, chercheur.e.s ainsi que grand public. La programmation vise à ramener les débats, savoirs, savoir-faire et manières d’être ensemble féministes « au centre » de la cité, stimuler des débats autour des défis globaux actuels et promouvoir une culture de justice, équité et inclusion féministe dans la société québécoise. La programmation vise à : constituer des ponts durables entre la recherche universitaire et l’engagement communautaire ; ramener les différents savoirs au centre de la cité, vue comme réseau d’actions, activités et relations socio-politiques qui “s’objectifient” dans l’espace urbain; fournir des orientations féministes pour le grand public aux prises avec les défis socio-politiques et climatiques contemporains ; pérenniser les ressources produites en les rendant disponibles par leur archivage sur la plateforme PréfiX de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) . La programmation sera menée par les chercheures avec l’équipe de l’IREF, en collaboration avec plusieurs services de l’UQAM, notamment le Service aux collectivités (SAC) de l’UQAM (Protocole UQAM/Relais-Femmes), ainsi qu’un réseau de partenaires et organismes communautaires. Trois étudiant.e.s de cycles supérieurs travailleront au projet.  

La programmation s’articule en trois phases : I) « Tournée féministe des Cégeps » de la région de Montréal, pour diffuser les recherches des étudiant.e.s de l’IREF auprès de la population étudiante du collégial et favoriser un dialogue entre personnes des jeunes générations autour des enjeux féministes; II) Évènement rassembleur « Foire Féministe 2024 : Féministes dans la cité », qui  réunira à l’UQAM étudiant.e.s, chercheur.e.s, personnels de l’UQAM, practicien.ne.s, parties prenantes communautaires et membres de la société civile dans des activités de discussion et partage de savoirs et savoir-faire féministes. Les activités tourneront autour de huit thématiques prioritaires: Écoféminisme et justice environnementale ; Justice, équité, diversité et inclusion ; Médias et culture ; Recherche en action ; Santé et santé mentale ; Savoirs et pratiques féministes ; Travail ; Violences faites aux femmes et aux personnes des groupes minoritaires; III) Pérennisation des savoirs et contenus développés dans la baladodiffusion « Boîte à outils féministes de l’IREF ». Les épisodes présenteront des entretiens avec les expert.e.s invité.e.s à la “Foire” ou signalés par les groupes partenaires ; des enregistrements des activités tenues pendant la Foire et des capsules de vulgarisation des recherches étudiantes, à commencer par celles diffusées pendant la “Tournée féministe”.  

Agora, no.10, 2023, Le Protocole UQAM/Relais-femmes : 40 ans de retombées au service des savoirs et de l’action féministes 

Sous la direction d’Ama Maria Anney, Mylène Bigaouette, Sophie Gilbert, Eve-Marie Lampron, Julie Raby et Marina Seuve , Cahiers de l’IREF, collection Agora, no 10, 2023, 119 pages.

Ce Cahier présente six projets partenariaux, menés dans une perspective de recherche-action entre des groupes féministes et des universitaires. S’il est usuel dans le monde de la recherche de publier des articles centrés sur les méthodes et les résultats, cette collection de textes met plutôt de l’avant les approches préconisées, les réalisations, les exigences et bénéfices de la recherche partenariale pour les parties prenantes, ainsi que son fort potentiel de transformations sociales. Une attention particulière est accordée aux aspects relationnels de la recherche partenariale, aux façons de mutualiser et de médier les cultures et savoirs différents en présence, ainsi qu’à l’importance du rôle d’intermédiation dans le démarrage et l’accompagnement des projets. Le Cahier s’inscrit dans la foulée du 40e anniversaire du Protocole UQAM/Relais-femmes – entente institutionnelle réunissant l’organisme Relais-femmes, l’Institut de recherches et d’études féministes et le Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal – ayant permis la réalisation de plusieurs centaines de projets, menés en réponse aux besoins des groupes de femmes du Québec en collaboration avec des universitaires de l’UQAM.  

Avec des textes de Sarah Bérubé Thibault, Mélissa Blais, Carole Boulebsol, Louis Cournoyer, Marie-Marthe Cousineau, Rachel Cox, Chloé Deraiche, Mélisande Dorion-Laurendeau, Mélusine Dumerchat, Lise Gervais, Sophie Gilbert, Lyne Kurtzman, Lise Lachance, Berthe Lacharité, Eve-Marie Lampron, Sophie-Anne Morency, Geneviève Pagé, Julie Raby, Marie-Eve Surprenant, Judith Vernus.

Cette publication est disponible en libre accès, en version web.

Écouter également le balado relatant les 40 du Protocole UQAM-Relais-femmes.

Félicitations à nos membres pour leur subvention du CRSH

Programme Développement de partenariat

Geneviève Pagé (science politique), S’attaquer aux injustices reproductives: revoir l’accès à la santé sexuelle et reproductive (199 970 $)

Programme Savoir

Véronique Cnockaert (études littéraires), Les Rusées ou l’intelligence en embuscade. Les femmes à mètis [un mot qui signifie en grec ancien «le conseil, la ruse»] dans le roman français de 1853 à 1930 (63 807 $)

Johanne Saint-Charles (communication sociale et publique), Les réseaux de partage de discours comme réseaux mutualistes (277 154 $)

Décès de Yolande Geadah

Yolande Geadah (1950-2023) est décédée le 22 août 2023. Elle a été membre associée à l’IREF pendant de très nombreuses années.

Essayiste et féministe engagée, elle s’est impliquée dans différents dossiers ayant trait à la solidarité internationale, aux droits des femmes et à la justice sociale.

Elle a travaillé à l’AQOCI où elle a coordonné, entre autres, le comité Femmes et développement.

Les prises de position de cette citoyenne féministe n’ont pas toujours fait l’unanimité mais force est de reconnaître qu’elle a eu le courage de ses idées, l’audace d’en débattre et la détermination de ne jamais renoncer à faire reconnaître les droits des femmes, ici et ailleurs dans le monde. Le site Sisyphe recense ses publications : https://sisyphe.org/spip.php?auteur15

Elle laisse dans le deuil son époux, Rachad Antonius, professeur retraité du Département de sociologie de l’UQAM et ses deux fils, Marc et Gabriel.

Une commémoration aura lieu le jeudi 31 août entre 17 h et 20 h, au salon funéraire Urgel Bourgie, 1255, avenue Beaumont, Mont-Royal (QC), H3P 3J1. Une cérémonie religieuse aura lieu le lendemain, vendredi le 1er septembre à 10 h 30, en la Cathédrale St-Sauveur, 10025 Bd de l'Acadie, Montréal.

Études collectives du RICÉFI (anciennement GRIEFI)!

L'étude collective RICÉFI et GREFI est lancée! Tu es une personne étudiante faisant de la recherche avec des approches féministes et tu souhaites étudier avec des collègues? Viens nous rejoindre aux séances d'études du RICÉFI. Les séances d'études se tiennent tous les mardis entre 9h et 18h au local R-1825. 

Qu'est-ce que le RICÉFI?

Le Réseau Interdisciplinaire de Chercheur-euses Étudiant-es adoptant des approches Féministes et Intersectionnelles a pour mission de faciliter la collaboration, l'entraide, la collégialité et le partage d'expertise parmi les étudiant-es de l'UQAM qui adoptent des approches féministes dans leurs recherches. 

Pour plus d'info et pour devenir membre : https://iref.uqam.ca/membres-du-griefi/  Si tu as des questions, n'hésites pas à nous écrire directement à l'adresse suivante : griefiuqam@gmail.com

Prise de position de l’IREF - Signature du manifeste À nous la recherche !

Extrait du procès-verbal de la RÉUNION du Conseil de l’IREF du 5 octobre 2022.

C-IREF-2022-10-296

Appui à l’organisme Relais-femmes et signature de son manifeste À nous la recherche

ATTENDU      Le manifeste À nous la recherche proposé par l’équipe de notre partenaire Relais-femmes ;

ATTENDU      Les besoins démontrés de soutien et de développement des collaborations université-communauté en termes de recherches partenariales ;

ATTENDU      Les liens étroits de recherches et de collaboration entre les membres de l’IREF et les groupes de femmes ;

IL EST PROPOSÉ

Que l’IREF appuie publiquement les 5 actions structurantes suivantes proposées et apporte sa signature au manifeste :

  • Soutenir la mise sur pied et la consolidation d'instances de liaison et de transfert des connaissances entre les universités et les groupes communautaires et féministes afin de développer de façon durable les collaborations universités-groupes de femmes ;
  • Assurer la présence de personnes-pivots au sein des universités pour accueillir les demandes et intérêts de recherche des groupes et dédier leurs tâches au maillage et à l'accompagnement des projets, du démarrage d'une recherche à la diffusion des résultats.

Afin de soutenir la participation des groupes de femmes en recherche, nous réclamons de :

  • Mettre en place des mesures de reconnaissance financière pour la contribution des partenaires communautaires et féministes au développement des recherches.

Afin d'appuyer les chercheur.es qui font le choix de la recherche collaborative nous réclamons de :

  • Prévoir des dégrèvements destinés à la recherche partenariale pour reconnaitre ce temps accordé à l'implication avec les milieux ;
  • Accorder un pointage additionnel aux projets partenariaux dans lesquels il est prévu une ressource destinée à la liaison. Les partenaires financiers en recherche octroieraient à ces projets un montant additionnel précisément pour ce mandat d'intermédiation.

ADOPTÉE À L’UNANIMITÉ

Nouveaux membres professeur·e·s et associé·e·s

Lors de sa séance du 5 octobre 2022, le conseil de l'IREF a accrédité 15 nouveaux membres !

Nous leur souhaitons la bienvenue à l'IREF !


5 membres professeur·e·s à l'UQAM

  • Vanessa Blais-Tremblay , Département de Musique
  • Catherine Chesnay, École de travail social
  • Véronique Cnockaert, Département d'études littéraires
  • Lise Lachance, Département d'Édcation et pédagogie
  • Jessica Riel, Département d'organisation et de ressources humaines

10 membres associé·e·s:

  • Christlord Foreste, Étudiant·e (3è cycle)
  • Lolita Frésard, Étudiant·e (2è cycle)
  • Carolina Gallo Garcia, Chercheur·e
  • Amélie Gaudreau-Sauvé, Étudiant·e (2è cycle)
  • Sophie-Anne Morency, Étudiant·e (3è cycle)
  • Gabriela Rabello de Lima , Étudiant·e (2è cycle)
  • Julie Raby, Professionnel·le
  • Katherine Robitaille, Étudiant·e (3è cycle)
  • Jade St-Georges, Étudiant·e (3è cycle)
  • Xue Yang, Professeur·e, Chercheur·e

Agora, no.9, 2022, «Mères et filles de soi(e): filiations tissées, nouées et rompues dans la littérature contemporaine transnationale»

Sous la direction de Jennifer Bélanger, Manon Huberland et Marie-Pier Lafontaine, Cahiers de l’IREF, collection Agora, no 9, 2022, 69 pages.

Mères et filles sont tour à tour araignées ou insectes piégés, souvent les deux en même temps. Leur corps-à-corps est une lutte, mais également une danse. Elles s'enlacent et se repoussent, sont en miroir et en décalage, entretiennent entre elles les soupçons et les malentendus sans toutefois se perdre de vue. Plusieurs des lectures présentées ici avancent d'ailleurs tout en nuance, préférant saisir ce qui, dans les relations maternelles, ne se réduit pas à des rôles assignés ni ne se simplifie à des tropes. Elles honorent les figures insaisissables que sont les mères et les filles, et invitent à prendre les choses en sens inverse, pour évoquer Chantal Chawaf qui trouve ancrage dans le texte de Maude Pilon. 

Avec des textes de Jennifer Bélanger, Laurence Élément-Jomphe, Emanuella Feix, Sarah Hammoun, Manon Huberland, Cécile Huysman, Marie-Pier Lafontaine, Ophélie Langlois, Daphné Ouimet-Juteau, Maude Pilon et Lori Saint-Martin.

Cette publication est disponible en libre accès, en version web.

Anita Caron

De 1990 à 1993, madame ANITA CARON a occupé le poste de directrice de l’Institut. Pionnière dans différents domaines, elle est la première femme laïque à obtenir un doctorat de la Faculté de théologie de l’Université de Montréal en 1968. Puis en 1969, alors que l’UQAM est fondée, elle participe avec des collègues à la mise en place du département de sciences religieuses. Tout au long de sa carrière universitaire, Anita Caron a cumulé l’enseignement, la recherche et des postes de direction tout en étant engagée dans le milieu communautaire. Sa contribution est importante sur le plan de l’enseignement et de la recherche, notamment en formation des maîtres, éducation morale et religieuse, philosophie aux enfants, études féministes. Ses intérêts de recherche ont été extrêmement variés. Ses recherches sur les femmes et la religion, les rapports entre les hommes et les femmes dans l’Église, le couple, le mariage et la famille ont contribué de manière significative à l’avancement d’une pensée et d’une réflexion féministes au Québec.

L’université a été son port d’attache et sa grande passion. Elle a dirigé plusieurs mémoires de maîtrise et thèses de doctorat et a toujours eu le souci de donner aux étudiants et étudiantes une formation de qualité.

En 1993, le titre de professeure émérite qui lui est décerné reconnaît sa contribution exceptionnelle à l’enseignement, à la recherche et à la création de l’UQAM. En créant un fonds portant son nom, l’Institut a aussi voulu lui rendre un hommage tout particulier pour son dévouement au développement des études féministes à l’UQAM.

En octobre 2007, l’Institut a organisé un cocktail dînatoire pour souligner le 80e anniversaire de naissance de madame Caron. Pour l’occasion, collègues et amies, amis, étaient invités. En plus de souligner son anniversaire, l’événement avait pour but d’apporter une contribution au développement de bourses pour les études féministes. C’est ainsi qu’un fonds capitalisé a pu être créé.

Depuis, une bourse Anita Caron/Institut de recherches et d’études féministes de 2 500$ est ainsi versée à une étudiante ou un étudiant inscrit aux cycles supérieurs, dont les travaux contribuent à la compréhension et à la transformation des rapports entre les hommes et les femmes pour l’égalité des sexes.

Suite à son décès en juillet 2016, un hommage à Madame Anita Caron, s’est tenu au Studio-Théâtre Alfred-Laliberté de l’UQAM, le 28 septembre 2016.

Institut de recherches et d'études féministes

Créé en 1990, l’Institut de recherches et d’études féministes a pour mission de promouvoir et de développer la formation et la recherche féministes dans une perspective interdisciplinaire. Il constitue un regroupement de plus de 700 membres professeur·e·s, chercheur·e·s, chargé·e·s de cours, professionnel·le·s, étudiant·e·s de l’UQAM, ainsi que des membres associé·e·s.

Coordonnées

Institut de recherches et d’études féministes
Local A-3700
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5