Archives - actualitésFEM300E-10 «Féminismes et culture populaire»

NOUVEAU COURS: FEM300E-10 «Féminismes et culture populaire»

L’IREF offrira un nouveau cours à contenu variable à l’hiver 2019 qui s’inscrit dans le bloc 3 «Représentations du féminin» du Certificat en études féministes (Programme 4014) Cours à l’UQAM le lundi de 18h00 à 21h00 du 7 janvier 2019 au 18 avril 2019

rosie riveter FEM300E Domaine public Wikipedia JHowardMillerImage : Domaine public / Wikipedia / J. Howard Miller

Ce nouveau cours offert par l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM est ouvert à toutes les personnes inscrites en études féministes ainsi qu’aux autres étudiant.e.s à la recherche d’un cours analysant les représentations contemporaines de la culture populaire en Amérique du Nord selon des perspectives féministes.

Inscrivez-vous à ce cours sur votre portail étudiant à partir du 22 octobre 2018
ou en écrivant à iref@uqam.ca

Description
Ce cours se tourne vers l’étude des représentations du sexe et du genre dans la culture populaire, particulièrement telle qu’elle se déploie sur la scène contemporaine. Ce cours propose une introduction aux cultural studies et aux gender studies, tout en s’articulant autour d’une variété d’approches théoriques (théories féministes, critique gaie et lesbienne, théorie queer). Il sera question d’étudier divers objets issus des industries culturelles (film, série, livre à succès, roman graphique, littérature pour adolescent.e.s, zine, vlog et blog, jeu vidéo, réseaux sociaux, mode) et de les envisager comme des textes sur lesquels les étudiant.e.s seront encouragé.e.s à développer un regard critique afin de réfléchir au rôle qu’ils jouent dans l’élaboration des pensées féministes contemporaines. Tout en s’attardant à la définition même du populaire (qu’est- ce que le populaire ? qu’est-ce que la culture pop ? par qui et pour qui se crée-t-elle ?), le cours privilégie une approche intersectionnelle qui tient compte des limites qu’atteint parfois la culture pop en matière de diversités de classes, de genres, de sexes. Les lectures théoriques et les œuvres étudiées mettront en lumière ces tensions souvent inhérentes aux discours produits à même la culture populaire.

Pourquoi ce cours ?
FEM300E-10 « Féminisme et culture populaire » émerge à la confluence de la multiplication des mobilisations sociales féministes comme #BeenRapedNeverReported / #AgressionNonDenoncee ou #MeToo / #MoiAussi relayées massivement par les nouveaux médias, et d’une certaine peopolisation des féminismes dans les médias mainstream et par diverses industries culturelles. En effet, malgré le backlash des années 1980 et 1990, les quinze dernières années témoignent d’une résurgence graduelle des pensées féministes dans le discours contemporain nord-américain, particulièrement dans les diverses sphères de la culture pop. Que ce soit dans l’univers de la mode, en publicité, au cinéma, à la télévision ou sur les réseaux sociaux, les féminismes et ses nomenclatures occupent plus que jamais l’imaginaire collectif et l’espace public. Ainsi, ce cours cherche à la fois à inscrire les féminismes dans une pensée de la culture populaire tout en appréhendant l’engouement actuel entourant cette inscription.

Avis de soutenance: Rosemarie Fournier-Guillemette

Rosemarie Fournier-Guillemette soutiendra sa thèse de doctorat en études littéraires, avec concentration en études féministes, intitulée «La (mé)traduction de Jane Austen: effacement et survivance de la voix auctoriale». Rosemarie Fournier-Guillemette est dirigée par Lori Saint-Martin, professeure au Département d'études littéraires de l'UQAM.
Mardi 23 avril 2019, à 14hartsUQAM
UQAM / Pavillon Judith-Jasmin / Local J-4225

colloque «Regards croisés sur les antiféminismes»

Le colloque «Regards croisés sur les antiféminismes» aura lieu le 30 avril 2019, de 14h à 16h30, à l’UQAM (salle DS-1950), à l'occasion de la sortie de l'ouvrage collectif Antiféminismes et masculinismes d'hier et d‘aujourd'hui (Presses universitaires de France) codirigé par Mélissa Blais (IREF, UQAM), Christine Bard (Université d’Angers) et Francis Dupuis Déri (IREF, science politique, UQAM).

Archives

Sandrine Galand, chargée de cours à l'IREF, enseigne le cours FEM300E «Féminismes et culture populaire», un nouveau cours mis sur pied par l'IREF cet hiver. Actualités UQAM lui consacre un article dans la série «En classe!», 16 avril 2019

Nicole Vézina, professeure au Département des sciences de l’activité physique et membre de l’IREF, est citée dans l’article «Ces vêtements de travail qui ne sont pas conçus pour les femmes», Urbania, 15 avril 2019

Angelo dos Santos Soares, professeur au Département d’organisation et ressources humaines, est co-signataire du texte collectif «Un système de santé qui rend malades ses soignants», Le Devoir, 11 avril 2019

Notre membre associée Pascale Navarro signe un texte sur le chantier sur la place des femmes en théâtre, La Presse +, 16 avril 2019

Yolande Cohen, professeure au Département d’histoire, était à l’émission «Plus on est de fous, plus on lit», à la Première chaîne d’Ici Radio-Canada, pour y parler du livre Antisemitism Here and Now, 9 avril 2019

Mélanie Millette, professeure au Département de communication sociale et publique, est citée dans l’article «Game of Thrones: une petite révolution télévisuelle», La Presse, 6 avril 2019

-- Elle est aussi citée dans l’article «D’un Monde Fantastique à Instagram», La Presse+, 6 avril 2019

Des membres de l’IREF sont parmi les «250 universitaires contre le projet de loi 21» sur la Laïcité, Le Devoir, 5 avril 2019

Sandrine Ricci, doctorante et chargée de cours à l’IREF, signe avec Lisa Ndejuru: «Black Earth Rising : il y a eu un génocide contre les Tutsi, mais…», sur Histoire engagée, 4 avril 2019

Camille Robert, doctorante en histoire avec concentration en études féministes, a donné un entretien au sujet de ses recherches pour le Bulletin de la Bibliothèque de l'Assemblée nationale du Québec qui a été publié dans leur dernier numéro.

---- Elle a aussi donné quelques entrevues pour des émissions matinales régionales d’Ici Radio-Canada (Charlottetown, Sept-Îles, Edmonton, Vancouver, Moncton) pour la journée mondiale du travail invisible, 3 avril 2019

Archives

 
IREF25 web