Partenaires et collaborations

Protocole UQAM/Relais-femmes

L’UQAM a signé en 1982 une importante entente avec Relais-femmes, lequel représente un nombre important et diversifié de groupes de femmes au Québec. Ce Protocole UQAM/Relais-femmes géré au Service aux collectivités vise à répondre aux besoins de recherche, de formation, de vulgarisation et de consultation/expertise de ces groupes en faisant la liaison avec les ressources féministes de l’UQAM. Le Protocole s’inscrit dans la mission des services aux collectivités de l’UQAM qui vise des objectifs de démocratisation des savoirs auprès associations à but non lucratif poursuivant, dans une logique de promotion collective, des objectifs de développement à caractère économique, social, culturel, environnemental et communautaire.

L’IREF accorde une importance toute particulière aux activités qui se développent entre professeures et groupes de femmes dans le cadre de cette entente. Un comité conjoint regroupant de façon paritaire des professeures de l’IREF et des représentantes des groupes de femmes se réunit quelques fois par année afin de porter un regard d’ensemble sur les activités réalisées et d’identifier des préoccupations et des questions relatives aux femmes, aux rapports de sexe et aux féminismes pouvant donner lieu à des projets communs porteurs. Une agente de développement, responsable du Protocole, joue un rôle crucial pour faciliter le démarrage et le développement harmonieux de projets en partenariat compte tenu de critères rigoureux de pertinence sociale et de valeur scientifique.Celle-ci collabore étroitement avec l’IREF et siège à son Conseil à titre de personne ressource.

Ce secteur du Service aux collectivités soutient des formations d’intervenantes et de formatrices, des recherches participatives et des recherches-actions, des journées d’études et des colloques, des publications et des outils de transfert des connaissances en étroite relation avec l’action des groupes. Ces dernières années des réalisations ont porté sur des enjeux d’égalité et de justice sociale aussi importants que : le travail exploité des aides familiales, la discrimination des femmes des communautés ethnoculturelles sur le marché du travail, l’homophobie et les besoins des enfants des familles homoparentales en milieu scolaire, l’intervention en violence conjugale auprès des femmes autochtones, l’impact du libre échange sur le travail et les conditions de vie des femmes, l’hypersexualisation des jeunes à l’école, la persistance des stéréotypes sexistes dans les médias; les significations et conséquences de la tuerie de l’École Polytechnique, la montée de l’antiféminisme; les contraintes à la profession de réalisatrice dans les domaines cinématographique et télévisuel, les mythes et préjugés concernant les femmes âgées, les enjeux des technologies de l’information et de communication, recherche-action pour un régime de retraite des groupes communautaires et de femmes, etc.

L’ensemble des projets menés dans le cadre du Protocole UQAM/Relais-femmes, qui associent des professeures et étudiantes de l’IREF, contribuent à dynamiser la vie académique de l’IREF et lui assurent un solide ancrage dans les communautés qui agissent sur le terrain social et politique pour transformer les rapports sociaux de sexes.

RéQEF

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) est un regroupement stratégique de chercheur-e-s créé en 2011 et ancré au sein de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Le RéQEF a été mis sur pied grâce à une subvention du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), obtenue par la professeure Francine Descarries du département de sociologie de l’UQAM, et directrice du RéQEF. Les principaux objectifs du RéQEF sont de promouvoir la recherche en études féministes, de stimuler les échanges entre les chercheures et de favoriser l’élaboration de projets de recherche communs dans le domaine. Rappelons que dans beaucoup de lieux de recherche au Québec, les études féministes et sur le genre sont minoritaires, souvent isolées. En ce sens, l’existence d’un regroupement tel que le RéQEF peut s’avérer vitale, en donnant une force institutionnelle à chaque membre et en leur offrant un forum d’échanges à travers ses activités.

Consulter le site du RéQEF pour plus d’information

Revue FéminÉtudes

FéminÉtudes est une revue étudiante, féministe et multidisciplinaire. La revue est née en 1995 de l’initiative d’étudiantes féministes dans l’intérêt de partager leurs recherches et de créer un groupe affinitaire. Ainsi, deux étudiantes au baccalauréat en études littéraires ont élaboré un premier numéro en 1995, dont le thème était La vague anti-féministe. Vingt et un numéros de la revue ont été publiés depuis, tous disponibles en version numérisée.

La revue est dirigée par des collectifs de rédaction bénévoles et autogérés, et soutenue par l’Institut de Recherches en Études Féministes (IREF) de l’Université du Québec à Montréal. Au fil des ans, FéminÉtudes a réussi à se bâtir une réputation et une légitimité dans le champ de la recherche en études féministes, tout en offrant une tribune au travaux et aux réflexions de dizaines d’étudiant.e.s. Au-delà de la recherche, c’est également pour l’avancement des luttes féministes que FéminÉtudes souhaite continuer à grandir.

Consulter le site de la Revue FéminÉtudes pour plus d’information

Institut de recherches et d’études féministes

Créé en 1990, l’Institut de recherches et d’études féministes a pour mission de promouvoir et de développer la formation et la recherche féministes dans une perspective interdisciplinaire. Il constitue un regroupement de plus de 400 membres professeures, chercheures, chargées de cours, professionnelles, étudiantes et étudiants de l’UQAM, ainsi que des professeures et des membres associées.

Suivez-nous

Coordonnées

Institut de recherches et d’études féministes
Local VA-2200
210, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 1L1