• CALENDRIER IREF

Auteur : van_der_a

Position de l’IREF en appui à la campagne BDS

Université du Québec à MontréalInstitut de recherches et d’études féministes

Extrait du procès-verbal de la réunion du Conseil tenue le 6 mars 2024 à 9 h 30

salle A-3740 du Pavillon Hubert-Aquin

C-IREF-2024-03-325

Appui à la campagne BDS

ATTENDU QUE les membres de l’IREF sont engagé·es envers la justice, la dignité, l'égalité et la paix, nous affirmons notre opposition aux injustices historiques et actuelles en Palestine, que nous voyons comme faisant partie des multiples oppressions que nous étudions et que nous enseignons;

ATTENDU QUE les membres de l’IREF affirment leur engagement en faveur des droits de la personne dont ceux de justice et de liberté pour toutes et tous;

En conséquence, compte tenu des principes énumérés ci-haut, IL EST RÉSOLU que le Conseil de l’IREF:

ENDOSSE l’appel de la société civile palestinienne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) des entités économiques, militaires, académiques et culturelles et des projets parrainés par l’État d’Israël;

ENCOURAGE les groupes, institutions et associations avec qui l’IREF collabore à suivre les mêmes principes en leur rappelant que la politique 43 de l’UQAM encadrant la Politique internationale exige notamment des partenariats internationaux le partage de valeurs démocratiques et de principes éthiques dans le respect de la diversité des identités culturelles, la volonté d'œuvrer pour la paix et pour un développement durable, l’engagement contre toute discrimination en particulier sexiste et raciale;

DÉNONCE les relations de collaboration actuelle entre l’UQAM et les institutions israéliennes et incite l’Université à:

Mettre fin à l’entente d’échange étudiant avec l’Université Interdisciplinary Center Herzliya à Tel-Aviv;

Cesser la participation à la Coopération bilatérale Québec-Israël;

ENCOURAGE le développement des relations de partenariat et de recherche avec les groupes féministes et les chercheuses en Palestine et prenne les mesures nécessaires pour faciliter ce développement;

Le Conseil de l’IREF se joint à un grand nombre d’associations académiques et d’organisations qui ont adopté des résolutions semblables en appui à la campagne BDS au cours des dernières années.

RÉSOLUTION PROPOSÉE par Geneviève Pagé, APPUYÉE par Gaëlle Magne.

La doyenne demande le vote. Avec une majorité de POUR, la résolution est

ADOPTÉE À LA MAJORITÉ

Fait à Montréal, le 6 mars 2024,

Thérèse St-Gelais, directrice

Dévoilement de PréfiX: Plateforme de recherches en études féministes

En cette semaine du 8 mars 2024, nous vous présentons la plateforme de recherches en études féministes inter et multidisciplinaire – PréfiX.

PréfiX est une revue scientifique en ligne avec des numéros classiques et des sections ouvertes aux publications et productions de tous les membres, chercheur·e·s et créateur·e·s chevronné·e·s et émergeant·e·s.

Le premier numéro de PréfiX s’intitule « Pour une diversification des voix féministes dans l’enseignement francophone : traduction de textes théoriques à des fins pédagogiques » et comprend plusieurs textes fondateurs en études féministes écrits par des personnes historiquement marginalisées. L’objectif est de valoriser la diffusion de textes encore peu lus et étudiés dans la recherche en langue française. Il comprend des textes traduits de l’espagnol et de l’anglais de : Sœur Juana Inés de la Cruz; Maria Stewart; George Eliot; Ida B. Wells; Virginia Bolten; Marlene Dixon, Nada Elia.

Le numéro est ouvert pour accueillir des nouvelles propositions de traductions. Il est dirigé par Ariane Gibeau et Rosemarie Fournier Guillemette, toutes deux diplômées au doctorat en études littéraires à l’UQAM avec une Concentration en études féministes et chargées de cours en études féministes.

Avec cette nouvelle interface web, nous allons encore plus loin dans le rayonnement des études féministes à l’UQAM en permettant, en un seul lieu et avec une indexation des contenus, la publication de différentes productions : numéros thématiques, billets de blogue, articles scientifiques révisés par les pairs, texte d’opinions, comptes-rendus critiques, balados, travaux de fin de session, versions révisées ou résumés des mémoires et des thèses en études féministes, capsules vidéos, Zines, Fanzines, et autres outils destinés à la recherche en études féministes.

Au cours des prochaines semaines nous vous présenterons les différentes sections de la plateforme et les modalités de publications de vos contributions.

Nous remercions chaleureusement Cynthia Lisée, bibliothécaire à l’UQAM, pour son expertise des éditions savantes à l’UQAM et Jonathan Laporte, bibliothécaire à l’UQAM pour son travail de configuration de la plateforme.

L’équipe de PréfiX

Lire l'article du dévoilement de la plateforme dans Actualités UQAM.

Outil indispensable pour vos cours en études féministes: Le portail BiblioFEM

Le Portail BiblioFEM* regroupe+ de 1400 références bibliographiques dans les recherches et études féministes.

Fruit d’une étroite collaboration entre l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM (IREF), le Service des bibliothèques de l’UQAM, le Service aux collectivités de l’UQAM le projet est soutenu par l’Observatoire francophone pour le développement inclusif par le genre (OFDIG).

Non-exhaustif ce portail vise à être alimenté à court, moyen et long terme, par toute personne désireuse d’y contribuer. Bonne découverte!

Lire l’article « Études féministes: création d’un portail bibliographique », Actualités UQAM, 8 mars 2023.

bibliographie BiblioFEM

Nouveau cours FEM sur les Violences sexuelles: approches féministes (Été 2024)

FEM3700 – Violences sexuelles : approches féministes, fondements théoriques, enjeux sociopolitiques et mobilisations (NOUVEAU! ÉTÉ 2024)

Objectifs

  • Permettre aux étudiantes et étudiants de développer leurs connaissances théoriques et empiriques sur les violences sexuelles, selon des approches féministes sociopolitiques
  • Faire connaître et comprendre les mobilisations féministes visant à rendre compte des violences sexuelles au Québec et ailleurs dans le monde, à travers l'histoire et dans les sociétés contemporaines

Sommaire du contenu

Le cours est consacré à l'étude des violences sexuelles comme phénomène social, et à celle des principaux points de tensions et de débats relatifs aux cadres d'interprétation et aux mobilisations féministes. La matière est structurée de manière à aborder dans un premier volet les multiples formes que peuvent prendre ces violences (directes et indirectes, avec ou sans contact physique). Insister sur les problèmes des définitions nous amène à explorer la tension entre les catégories juridiques, les définitions institutionnelles, les typologies scientifiques, les représentations dans les médias et les arts, les savoirs militants et les témoignages des personnes victimes/survivantes.

Dans un deuxième volet, l'étude de textes fondateurs et de travaux contemporains permet d'aborder les principales théories, concepts et notions développées par les féministes en puisant dans un corpus interdisciplinaire, incluant le continuum de la violence sexuelle et la culture du viol. Au fil des séances, les dimensions structurelles et systémiques de la violence sexuelle sont interrogées, à partir de plusieurs contextes de victimisation, par exemple les relations amoureuses et conjugales, le travail, l'environnement numérique, les milieux d'enseignement supérieur et les conflits armés.

Des enjeux variés que soulèvent différentes pratiques de résistance et de mobilisations collectives sont examinés dans le troisième et dernier volet, avec une perspective critique, des préoccupations intersectionnelles et un intérêt pour les mouvements sociomédiatiques comme le phénomène #MeToo.

Programmes associés à ce cours

Nouveau cours FEM sur les Féminismes, anticapacitismes et diversités corporelles (Automne 2024)

Ce nouveau cours en études féministes FEM3800 qui sera offert à l'automne 2024 vise à introduire les personnes étudiantes aux différentes réalités des personnes des diversités capacitaires (personnes sourdes, handicapées, malades, neuroatypiques et psychoatypiques) et corporelle (personnes grosses, de petite taille, vieillissantes) dans des perspectives féministes et intersectionnelles. Ce cours est dédié à la compréhension de l’évolution et de la cohabitation des différents modèles du handicap (modèles médical; social; handi-féministe; socio-subjectif; affirmatif; etc.) ainsi à la maîtrise des effets oppressifs ou, au contraire, émancipateurs que ces lectures peuvent avoir sur les corps-esprits. Ce cours s’ancre, entre autres, dans une perspective pluridisciplinaire des Fat studies, Deaf Studies, Disability Studies et Crip Studies.

Objectifs

  • Acquérir les notions historiques et conceptuelles inhérentes au handicap, au capacitisme et au sanisme à travers des approches féministes et intersectionnelles.
  • Acquérir une connaissance de références littéraires, cinématographiques, artistiques et scientifiques sur les personnes de la diversité capacitaire et corporelle.
  • Se familiariser avec des concepts féministes relatifs au cours (notion ducrip, de la grossophobie, desblack disability politics, de la sourditude, etc.), ainsi que des champs d'étude complémentaires dont ils sont issus.
  • Participer à la création d'un espace de réflexions et d'échanges féministes.
  • Exercer son esprit critique en étant capable de comprendre ces notions comme étant constitutives et participatives de systèmes d'oppressions à l'instar du sexisme, du colonialisme ou encore du racisme.

Les inscriptions pour les personnes déjà inscrites à l’UQAM sont déjà ouvertes. Le cours sera offert le vendredi matin.

En lien avec les sujets de ce cours, ne manquez pas l’exposition collective De la vie au lit à la Galerie de l’UQAM du 23 février 2024 au 6 avril 2024.

Au sein de l’exposition, le lit et son chevet deviennent des espaces de transmissions, de partages de blessures intergénérationnelles ou encore de moments romantiques et amicaux. En faire l’expérience induit de nouveaux rapports au corps et à des gestes chorégraphiques. Dans le projet, la rencontre de divers médiums artistiques s’inscrit aussi en réaction à l’injonction capitaliste de surproduction qui stigmatise les corps allongées et/ou qui vivent des incapacités chroniques.

Commissaire : Sarah Heussaff.

Artistes : Cindy Baker, Tamyka Bullen, Liz Crow, Octavia Rose Hingle, Salima Punjani, Rea Sweets

Les artistes invité·e·s dans l’exposition De la vie au lit embrassent des réalités et des identités diverses et intersectionnelles. Leurs pratiques abordent de manière transversale et créative les thématiques relatives aux expériences d’une vie au lit, du repos et/ou de la résistance aux normes. De la vie au lit est à la fois objet, chevet, chambre à soi, prétexte ou encore espace matériel et symbolique dans lesquels faire l’expérience, collectivement, du témoignage, du recueillement, du repos et de la résistance. Les œuvres présentées dans l’exposition ont une existence physique dans l’espace de la galerie et en ligne. Aussi, pour contourner les contraintes de l’inaccessibilité à laquelle le monde de l’art n’échappe pas, plusieurs entrées sensorielles aux œuvres ont été pensées afin que nous puissions y faire l’expérience d’un ou de plusieurs accès en adéquation avec ce que nous sommes.

Lien pour suivre le Calendrier de toutes les activités de l’IREF

Pour suivre les activités à venir à l'Institut de recherches et d'études féministes (IREF) ou savoir quand aura lieu la prochaine assemblée de l'Institut (le 6 oct. 2013), voici le lien vers notre calendrier en ligne à rajouter dans vos favoris.

MOT DE LA DIRECTION DE L’IREF (publié le 25-01-2024)

Publié dans le Communiqué-IREF du 25 janvier 2024

Aux membres de l’IREF, 

La rentrée est déjà bien amorcée. Les cours et séminaires FEM ont pris leur vitesse de croisière. Il nous revient maintenant de faire un retour sur l’automne tumultueux que nous avons traversé ensemble.  

Plusieurs membres de l’IREF se sont engagé·es politiquement et ont réagi au génocide du peuple palestinien. L’IREF a été sollicité afin de prendre position rapidement. La situation à Gaza était urgente. Le rythme des conflits n’est pas le même que celui des prises de décisions collectives. Nous avons réfléchi et consulté, de manière inédite et précipitée, nos membres. D’autres nous ont sollicitées spontanément pour exprimer un éventail de positions dont il était de notre responsabilité de tenir compte. La consultation ne s’est pas faite sans erreurs. L’IREF, sa gouvernance et ses membres, aux multiples positionnements féministes, ont tenté de faire consensus, ce qui s’est avéré très exigeant, en bousculant les mécanismes décisionnels habituellement utilisés. 

Or, il nous faut réfléchir maintenant sur ce qui achoppe dans nos postures respectives, nos savoirs-être, nos pratiques et nos mécanismes décisionnels, pour nous arrimer aux perspectives et pratiques intersectionnelles et décoloniales. Car c’est là la seule façon de se comprendre, de s’écouter et de se rejoindre, tout en reconnaissant nos différences.  

Pour y arriver, il faut des espaces et des groupes de réflexions à travers des discussions ciblées autour des processus socio-politiques et des mécanismes institutionnels à l’œuvre, pour formuler des recommandations constructives sur l’amélioration de nos pratiques.  

En ce sens, l’équipe de direction de l’IREF invite tous·tes les membres qui veulent s'impliquer dans un comité, pour identifier et organiser des propositions de rencontres thématiques en vue d'échanges où le dialogue sera le mode d'expression privilégié, à se manifester à l'adresse IREF@uqam.ca avec la mention dans l’objet : Comité de processus institutionnels et ateliers thématiques

Nous remercions toutes les personnes impliquées au cœur de l’IREF qui nous interpellent et nous rappellent nos biais, nos angles morts quant à nos engagements féministes. 

L’équipe de direction

Thérèse St-Gelais, directrice 

Chiara Piazzesi, directrice adjointe à la recherche 

Geneviève Pagé, directrice de l’Unité de programmes en études féministes 

Récipiendaires des bourses en études féministes (concours Automne 2023)

Félicitations aux récipiendaires de bourses en études féministes pour la session d'automne 2023

L'IREF souhaite féliciter chaleureusement 5 étudiantes ayant obtenu une bourse de la part de l'Institut et d'autres généreuses donateur.ices à la session d'automne:

  • Audrey Limoges, étudiante à la maîtrise en histoire de l'art - Récipiendaire de la bourse Anita-Caron de l'Institut de recherches et d'études féministes
  • Donia Mansour, étudiante au baccalauréat en sciences politiques - Récipiendaire d'une bourses de l'Institut de recherches en études féministes
  • Amélie Fontaine-Dupont, étudiante à la maîtrise en histoire de l'art - Récipiendaire d'une bourse de l'Institut de recherches et d'études féministes adressée aux étudiant.es à la maîtrise
  • Valérie Reid, étudiante au doctorat en communications - Bourse de l'Institut de recherches et d'études féministes adressée aux étudiant.es au doctorat
  • Maria Fernanda Siguenza Vidal, étudiante à la maîtrise en sociologie - Bourse Robert-Bélanger et Francine-Descarries

Appel à candidatures pour la revue étudiante FéminÉtudes

La revue étudiante et féministe FéminÉtudes recrute de nouvelles personnes pour faire partie de son comité d’édition du prochain numéro (25). Deux options sont possibles : faire partie du comité permanent (implication d’un an au moins) ou faire partie d’un sous-comité spécialisé dans un domaine précis (implication de 6 mois).

La date limite pour envoyer sa candidature (courte lettre de motivation et CV) est le 12 février 2024. Nous contacterons les personnes candidates à la fin février et des entrevues suivront début mars.

revue.feminetudes@gmail.com https://www.facebook.com/FeminEtudes

Bourses en études féministes: Concours HIVER 2024 (date limite 28-02-2024)

L'IREF lance 4 bourses pour cet hiver:

La date limite pour déposer votre candidature est le mercredi 28 février 2024

Institut de recherches et d'études féministes

Créé en 1990, l’Institut de recherches et d’études féministes a pour mission de promouvoir et de développer la formation et la recherche féministes dans une perspective interdisciplinaire. Il constitue un regroupement de plus de 700 membres professeur·e·s, chercheur·e·s, chargé·e·s de cours, professionnel·le·s, étudiant·e·s de l’UQAM, ainsi que des membres associé·e·s.

Coordonnées

Institut de recherches et d’études féministes
Local A-3700
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5